Projet KBW

 
 

Philippe Montémont et le quatuor Kadenza élaborent un projet « musique et vidéo » avec Daniel Buren et Jacek Wosniak assisté d’Adelina Kulmakhanova pour la saison 2018/2019, le spectacle KBW.


Ce projet, soutenu par la fondation de France permet à chacun de bénéficier d’une optimisation fiscale grâce au mécénat culturel. Entreprises ou particuliers, n’hésitez pas à nous contacter pour avoir les informations sur ce dispositif.


Associer le travail vidéo de deux plasticiens à la prestation musicale d'un quatuor à cordes, en s’assurant du juste équilibre des arts et de la synchronisation parfaite entre la musique et la vidéo qui l’illustre est l'objectif de ces artistes et techniciens qui rêvaient chacun de partager leur art pour le sublimer. Le quatuor garde une liberté d’interprétation à chaque prestation, les images étant projetées grâce à l’appui d’un chef d’orchestre qui indique en régie aux techniciens vidéo ayant développé des logiciels spécifiques le moment des changements de séquences générées par l’ordinateur en temps réel ou préenregistrées.


1. L‘expérimentation comme fil conducteur : Haydn / Buren

Partir de la musique, et de cette formation mythique qu'est le quatuor à cordes, ne pouvait se faire sans Joseph Haydn, considéré encore de nos jours comme le «père du quatuor à cordes» tant il a contribué à l'émergence et à la consolidation de cette formation. La soif d'expérimentation a permis à Joseph Haydn d'être à la fois le pont et le moteur de l'évolution musicale lors de la période classique. De ce constat est née la volonté d'associer au quatuor « Les quintes », une création de Daniel Buren, qui a lui aussi révolutionné son art grâce à l'expérimentation permanente dans son approche de l'abstraction et de ses compositions in situ. Cette proposition, qui réunit deux artistes que tout semble opposer, permettra de mettre en lumière leurs similitudes mais, surtout, de faire découvrir la lecture moderne d'un plasticien sur l'œuvre d'un compositeur incarnant le classicisme viennois.


2. L‘art comme outil de résistance : Chostakovich / Buren, Kulmakhanova

La deuxième pièce réunissant plasticien et musiciens est le 8ème quatuor de Dmitri Chostakovich, plus important compositeur de quatuor du 20ème siècle qui, à l’instar de Joseph Haydn a fait de ce répertoire un des axes forts de son travail d’écriture en le positionnant au centre de son oeuvre.

« Je me suis dit qu’après ma mort personne sans doute ne composerait d’œuvre à ma mémoire. J’ai donc résolu d’en composer une moi-même… ». Par cette phrase le compositeur atteste que ce quatuor doit être perçu comme un journal intime retraçant l'oeuvre, les luttes et les angoisses de son créateur. Jacek Wozniak, dessinateur polonais qui, comme le compositeur, a utilisé son art pour lutter contre le système communiste alors en pleine crise et répression, illustrera cette pièce. Si tout semble, de prime abord, opposer Joseph Haydn et Daniel Buren, tout semble au contraire rapprocher Dmitri Chostakovitch de Jacek Wozniak dont le crayon permettra au public de comprendre l'oeuvre interprétée en dévoilant le discours qui se cache derrière une des œuvres les plus connues et les plus jouées du compositeur. Il sera dans ce travail de création assisté d’Adelina Kulmakhanova. 


Pour faire le lien entre ces deux quatuors de référence, une création de Jean-Pierre Raillat, compositeur associé au quatuor Kadenza depuis sa création qui a relevé le défi de relier ces deux pièces avec une œuvre aux inspirations diverses, mise en lumière par Philippe Lacombe, qui nous amènera naturellement de Haydn vers Chostakovitch. Cette oeuvre de 20 à 25 minutes doit permettre de créer un véritable spectacle en continu et sera maintenue au répertoire du quatuor Kadenza à l'issue de ce spectacle.



LIEN ENTRE LES DEUX PLASTICIENS :

Le projet était initialement prévu avec Daniel Buren. Il nous a cependant semblé plus intéressant de confronter et réunir dans un objectif commun deux approches artistiques différentes pour enrichir le projet.

Tous deux ont déjà une expérience de la mise en image d’oeuvres musicales. Jacek Wozniak a travaillé avec Archie Scheep ainsi que sur un concert autour du chevalier de Saint-Georges. Quant à Daniel Buren, il a créé une vidéo sur « l’histoire de babar » de Francis Poulenc et sur Donnerode de Telemann, dirigé par David Stern à la Cité de la musique.

Nous avons voulu jouer sur l’opposition des styles et des approches tout en relevant le défi d’élaborer un spectacle cohérent et équilibré grâce à l’intervention d’un compositeur et d’un éclairagiste pour assurer la transition et le lien au sein du diptyque. Ces différentes approches et techniques artistiques doivent favoriser l’ouverture à un large public et mettre en lumière la caractéristique de ce type de travail : créer un ensemble composé de deux unités distinctes qui entretiennent une correspondance et se complètent l’un l’autre.


Le parti pris artistique rend impossible la présence en direct des plasticiens. Par son souci constant de demeurer dans l'abstraction, Daniel Buren, convoquant l'aléa, opte pour l'image informatique produite en temps réel par l'ordinateur selon des critères artistiques élaborés en amont. Jacek Wozniak aura pour sa part produit plus de 300 dessins pour mettre en lumière l'âme slave de l'oeuvre de Dimitri Chostakovich.




À PROPOS DU CHEF D’ORCHESTRE « TOPEUR »


Afin d’assurer la synchronisation de la musique et de l’image, il est fait appel à un musicien « topeur », chargé, en véritable chef d’orchestre, de conduire l’exécution de la partition visuelle. C’est le personnage central du dispositif technologique mis en place.




PARTAGER NOTRE EXPERIENCE :


Nous envisageons très sérieusement la mise à disposition de nos systèmes informatiques de diffusion d’images aux écoles d’art, aux conservatoires de musique, dans l’espoir d’encourager les pratiques artistiques croisées...



Merci aux partenaires ayant permis la création de ce spectacle :































Un financement participatif ayant comme objectif de financer la composition de Jean-Pierre Raillat a été effectué.

Personnes ayant participé à ce financement :

Anne Ansallem

Chantal Clément

Martine Chaignaud

Aline Cotta

Grégoire Feybesse

Olivier Flajollet

Brigitte Guidé 

Jérôme Grévin

Anne Sophie Jarry

Timothé Jean

Alain Lanatrix

Sandrine Lefebvre

Maison et services

Magalie Michael

Mercedes Mingam

Rose Marie Montemont

Philippe Montemont

Marc-Antoine Parra

Nataly Poulain

Mickaël Rayer

Jocelyne Reydy

Anne et Didier Richard

Laurent Richard

Francis Schillinger




Qui est Philippe Montemont ? :